Accueil > Veille > mobilité quotidienne

mobilité quotidienne

mercredi 4 avril 2018, par Pascal

Se rendre au travail ou faire ses courses motive
toujours un déplacement quotidien sur deux.
Le recours à la voiture se stabilise.
Bernard Quételard, Cete Nord-Picardie
La mobilité locale des Français est définie comme l
’ensemble des déplacements qu’ils
réalisent dans un rayon de 80 kilomètres autour de
leur domicile et sur le territoire
national. En 2008, cette mobilité représente 99 % d
e leurs déplacements mais
seulement 60 % des kilomètres qu’ils parcourent. En
2008 toujours, les Français
effectuent quotidiennement autant de déplacements l
ocaux qu’en 1994 : en moyenne
3,15 déplacements par jour et par personne. Mais, l
e volume total de déplacements a
progressé de 6 % du seul fait de l’augmentation de
la population.
Allongement des distances parcourues et faible croi
ssance des vitesses font que le
temps passé individuellement dans les transports au
gmente légèrement. Les Français
consacrent à leurs déplacements locaux en moyenne 5
6 minutes chaque jour mais ce
temps varie de 47 à 75 minutes des plus petites agg
lomérations aux plus grandes
(Paris).
Par rapport à la période 1982-1994, l’accroissement
des distances et des vitesses se
ralentit et seule la mobilité contrainte (domicile
travail/études) est à l’origine de cet
allongement des distances alors que précédemment l’
ensemble des motifs y
concourrait.
Durant les années 1982-1994, le poids de la mobilit
é liée au travail avait tendance à
baisser, en raison de la forte croissance des dépla
cements pour loisirs ou affaires
personnelles. Cela pouvait laisser penser que le mo
tif travail n’était plus un motif
structurant de la mobilité. Entre 1994 et 2008, il
progresse, en raison essentiellement de
l’augmentation de la part des actifs occupés dans l
a population : ces déplacements,
dont les longueurs continuent d’augmenter, représen
tent 41 % des distances
parcourues localement.
Le développement de l’usage de l’automobile se rale
ntit, se stabilisant dans les pôles
urbains et reculant même à Paris. Toutefois, avec l
a population et les longueurs de
déplacements croissants, le trafic automobile a aug
menté de 30 % en quatorze ans.
Les actifs occupés et les personnes aisées se dépla
cent plus que les autres et
parcourent plus de kilomètres. Désormais, les femme
s réalisent un peu plus de
déplacements quotidiens que les hommes, mais à plus
faibles distances ; elles passent
ainsi moins de temps qu’eux dans les transports.
Les personnes traditionnellement plus mobiles (acti
fs occupés, élèves, étudiants) se
déplacent un peu moins en 2008 qu’en 1994 alors que
les moins mobiles, notamment
les jeunes retraités, voient leur mobilité progress
er souvent fortement.

Voir en ligne : revuecgdd-entd-article mobilité quotidienne b-quetelard-08…慭瀻 - 2_revuecgdd-entd-article2_mobilite_quotidienne_-08_12_10_cle121ea4.pdf